Avec les canicules et les fluctuations de température, on a oublié quelle était la meilleure température au bureau pour satisfaire la majorité des employés. Cela semble être un détail, mais s’il fait trop chaud ou trop froid, plusieurs auront de la difficulté à se concentrer ou du moins à travailler efficacement. D’autre part, il est important d’aviser le personnel de la température ambiante que vous favorisez, afin de limiter les ragots ou les insatisfactions reliés au confort du bureau. Par exemple, un sondage révèle que 19% des employés estimaient que leurs employeurs faisaient fluctuer la température pour faire des économies. Bref, malgré les écarts de dame nature, voici quelques informations à savoir concernant les températures idéales à garder au bureau.

Les normes ergonomiques actuelles

D’abord, sur le site du Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail, on retrouve plusieurs informations au sujet du confort thermique. On y mentionne notamment que le confort thermique peut fluctuer selon plusieurs variables, comme l’intensité de travail, la tolérance personnelle des employés, l’habillement, etc. De plus, il dépend également des saisons, de la charge solaire, du taux d’humidité et de la vitesse de l’air. Or, pour nous aider, il existe effectivement la norme CSA Z412-17 d’application ergonomique qui propose les températures suivantes.

La norme CSA Z412-17

  • Conditions pendant l’été : température optimale de 24,5°C avec plage acceptable de 23 à 26°C
  • Conditions pendant l’hiver : température optimale de 22°C avec plage acceptable de 20 à 23,5°C

La norme 55 – 2013

  • La norme CSDA Z412-17 se fond notamment dans une autre norme soit l’ASHRAE 55 qui prend compte du taux d’humidité relative à 50% et une vitesse aérienne moyenne de moins de 0,15 m/s
  • La norme 55 – 2013 « Thermal Environmental Conditions for Human Occupancy », de l’American Society of Heating, Refrigerating, and Air Conditioning Engineers (ASHRAE) propose des plages de température recommandées qui répondent à 80% des gens.

Pour ce qui est du taux d’humidité dans les bureaux, on mentionne également qu’un taux d’humidité relative inférieur à 20% peut causer un inconfort en raison de l’assèchement des muqueuses et de la peau. Un faible taux d’humidité relative peut aussi entraîner la formation d’électricité statique et, par conséquent, influer négativement sur le fonctionnement de certains matériels de bureau, comme les imprimantes et les ordinateurs.

D’autre part, un taux d’humidité relative supérieur à 70% peut entraîner la formation de condensation sur les surfaces, à l’intérieur du matériel et sur les structures du bâtiment. Si le taux demeure inchangé, de la moisissure et des champignons pourraient se former à ces endroits. Un taux d’humidité élevé rend aussi la pièce étouffante.

Assurer le confort de vos employés pour de meilleures performances

Enfin, pour assurer le confort des employés, il faut s’assurer de trois éléments importants : la température, le taux d’humidité ainsi que la vitesse de l’air. Par exemple, les courants d’air, particulièrement au niveau de la tête (tête, cou et épaules) et des jambes (chevilles, pieds et jambes) peuvent causer de l’inconfort et sont à proscrire. Bref, il faut réellement considérer que chaque dollar investi dans le confort augmente réellement la productivité et la satisfaction de vos employés. Passez un bel été frais dans vos bureaux!